Les cafards cyborg pourraient aider à sauver des vies lors de glissements de terrain

En juin, nous avions signalé que des chercheurs de la North Carolina State University menaient les premiers tests avec des blattes cyborg pouvant être contrôlés à distance à l'aide de capteurs, d'une puce et d'impulsions électriques. Ce qui est peut-être encore plus inhabituel dans cette recherche est l'utilisation d'un Kinect pour surveiller la position des insectes.

Des groupes de cafards à l'essai, également appelés «biobots», étaient «formés» à la cartographie des zones dangereuses ou en mutation, telles que les bâtiments effondrés. Une publication récente sur le site Web de l’établissement d’enseignement lui-même révèle que l’étude a avancé après de légères modifications de sa méthodologie et de ses logiciels.

Selon cet article, l'équipe de chercheurs dirigée par le Dr Edgar Lobaton avait des difficultés avec une caractéristique naturelle des blattes: leur mouvement aléatoire. Les érudits ont alors décidé d'utiliser ce fait à leur avantage et ont changé la méthode de contrôle des insectes.

Lorsque les biobots étaient introduits sur le site de l'effondrement, par exemple, ils étaient laissés libres de marcher au hasard. Les capteurs attachés aux animaux indiqueraient aux chercheurs, via des ondes radio, la proximité des blattes les unes des autres.

Les insectes étant déjà bien répartis, l'étape suivante consiste à envoyer un signal de commande pour les suivre jusqu'à ce qu'ils trouvent un mur ou une structure rigide et relativement intacte et continuent à avancer. Ainsi, en recevant les signaux de localisation de cafards selon un cycle continu, les chercheurs peuvent, avec l'aide d'un logiciel spécifique, «dessiner» une carte de la région.

Plus que la simple cartographie d'un bâtiment effondré ou d'une zone éloignée et inconnue, équipés de capteurs spécifiques, les biobots peuvent même identifier des points de radioactivité et des menaces chimiques.

L'étude en est encore à ses débuts, mais elle devrait être officiellement présentée début novembre lors d'une conférence internationale sur les systèmes intelligents et les robots qui se tiendra à Tokyo, au Japon.

Via Tecmundo